En apiculture, pour débuter ou par manque d'abeilles, il est intéressant de récupérer des essaims d'abeilles. Cet article vous présente comment capturer un essaim et sa gestion après la cueillette.


 

   Les abeilles consacrent la période du printemps à la reproduction : elles essaiment.  Un essaim d'abeilles est un ensemble d'abeilles n'ayant pas encore bâti de pain de cire qui contiendra par la suite miel, pollen et ponte. Le taux de survie de ces essaims est d’environ 50 % s'ils ne sont pas capturés par un apiculteur. La récupération d'un essaim correspond à la mise en ruche soit directement (cueillette) ou indirectement (piégeage).

   Cet article traitera, dans une première partie, des caractéristiques d'un essaim. Dans une seconde partie, les techniques pour le récupérer seront présentées et enfin la gestion de celui-ci suite à la cueillette.

 

La biologie d'un essaim d'abeilles

La composition d'un essaim

essaim

    Les essaims correspondent à une masse d'abeilles qui ont pour rôle de protéger la reine et d'établir la nouvelle colonie (photo Alan Vernon). Généralement, les essaims sont composés d'une vieille reine et de 70 % des ouvrières de l'ancienne colonie. Il existe des ouvrières de toutes les classes même si souvent les vieilles butineuses et les abeilles récemment émergées restent dans la ruche.

 

Le calendrier d'essaimage

   La fièvre d'essaimage débute dès que les cellules de certaines larves sont étirées en cellules royales. Ce phénomène a lieu lorsque le nombre d'abeilles dans la colonie est maximum, c'est-à-dire entre Avril et Septembre et plus particulièrement entre Mai et Juin.

   Le premier essaim sortant d'une ruche s'appelle « essaim primaire ». Il contient une vieille reine. Les suivants, structurés autour de jeunes reines, sont nommés essaims secondaires, puis tertiaires suivant l'ordre de sortie.

 

Les caractéristiques comportementales

   Avant leur départ, les ouvrières essaimeuses se gorgent de miel. Ces provisions donnent un délai de 15 jours à l'essaim pour trouver un nouveau domicile : les abeilles sont alors très dociles. Dans la ruche, les ouvrières non essaimeuses se déplacent rapidement en tout sens, émettent des vibrations aiguës et poussent la vieille reine hors de la colonie. Elle la quittera deux jours avant que les jeunes reines n'émergent.

   Une fois formé, l'essaim se pose à proximité de la colonie d'origine afin de chercher un nouveau domicile. Lorsque les éclaireuses l'ont trouvé, l'essaim s'y installe : il se fixe généralement entre 100 et 800 mètres de la colonie d'origine.

 

Les techniques de récupération d'un essaim d'abeilles

La cueillette de l'essaim

   La cueillette d’un essaim s'effectue lors de sa découverte. Les outils indispensables au cueilleur d'essaim sont :

  • Un enfumoir ;
  • Les protections habituelles : une vareuse, des gants ;
  • Une brosse ;
  • Un sécateur ;
  • Une scie d'élagage ;
  • 2 perches télescopiques ;
  • Une boîte ;
  • Du scotch solide ;
  • Une ruche ou ruchette avec une alternance de cadres bâtis et non bâtis, plus un cadre de couvain ;
  • Un drap.

 

Le protocole de capture d'un essaim accessible

  1. Installer la ruchette sans son toit à l'ombre et à proximité de l'essaim ;
  2. Découper le support (branche...) où se situe l'essaim ;
  3. Poser l'essaim, sans le déstructurer, sur les cadres de votre ruchette ;
  4. Attendre que l'essaim rentre dans la ruche ;
  5. Enlever le support de l'essaim et refermer le toit de la ruchette ;
  6. Laisser les abeilles battre le rappel à l'entrée ;
  7. Revenir chercher l'essaim le lendemain, durant la nuit, afin de ne pas laisser d'abeilles sur place et de limiter les risques de désertion.

 

Le protocole de capture d'un essaim en hauteur

  1. Installer la ruchette sans son toit à l'ombre et à proximité de l'essaim ;
  2. Fixer une boîte sur une des perches et la placer sous l'essaim ;
  3. Avec l'autre perche, secouer la branche où se trouve l'essaim pour qu'il tombe dans la boîte ;
  4. Verser ensuite les abeilles recueillies dans la ruchette ;
  5. Refermer le toit de la ruchette et laisser les abeilles battre le rappel à l'entrée ;
  6. Revenir chercher l'essaim le lendemain, durant la nuit, afin de ne pas laisser d'abeilles sur place et de limiter les risques de désertion.


    Je vous conseille, lors de vos déplacements, de placer les cadres parallèlement au sens du mouvement du véhicule afin de limiter les balancements de ceux-ci. Une fois arrivé à votre rucher, vous pouvez ouvrir la porte d'entrée de la ruchette. Certains apiculteurs placent les essaims 24 heures à l’obscurité totale (une cave par exemple) pour limiter la désertion.

 

Les pièges à essaims

   Il est possible de mettre en place des pièges où les essaims vont s'enrucher seuls. Les pièges sont des ruchettes sans abeilles placés dans l'objectif qu'un essaim vienne s’y loger. Afin d'augmenter vos chances de capture, voilà comment procéder :

  1. Placer dès le mois d'Avril des ruches (ou ruchettes) à 2 mètres de hauteur à l'ombre, entre 100 et 800 mètres de vos ruchers ;
  2. La ruche (ou ruchette) doit contenir une alternance de cadres bâtis et de cire gaufrée ;
  3. Pour rendre la ruche plus attractive, enduire l'intérieur de cire et de propolis. Les phéromones de rappel des abeilles sont le citral et le géranial. On retrouve ces molécules dans la mélisse. Vous pouvez donc l'utiliser comme « attire essaim » en frottant ses feuilles à l'intérieur de votre ruche. Il existe aussi des produits prêts à l'emploi. 
  4. Une fois l'essaim piégé, procéder de la même manière que pour une cueillette lors du déplacement.

 

La gestion d'un essaim d'abeilles après la cueillette

    Je vous conseille d'isoler votre essaim du reste de vos ruches durant les 30 jours suivant sa capture. Cette phase de quarantaine limitera les problèmes sanitaires. Au bout de cette période vous devez réaliser plusieurs contrôles.

 

Le contrôle de l'infestation par le varroa

varroa

    Vous pouvez placer une langue graissée sous votre ruche le 25ème jour. Lors de votre visite au 30ème jour, il faut déterminer le taux de chute de varroas par jour (photo Bluemenbiene). Si votre taux de chute est supérieur aux tables Chapleau, réaliser une intervention anti-varroa de votre choix en fonction de l'infestation.

 

Le contrôle du couvain et des cires

   Au bout de 30 jours, il doit y avoir dans votre colonie du couvain pondu operculé et des cadres bâtis. Si le couvain est en mosaïque ou que la colonie a très peu construit, il faut remplacer la reine. Vous devez donc orpheliner la colonie et rajouter une cellule royale ou une reine en ponte 7 à 10 jours plus tard.  Si le couvain présente des signes de maladies, vous devez soufrer la colonie, brûler les cadres et désinfecter la ruche.

 

Le marquage de la reine

marquerreine

   Au bout de 30 jours, la majorité des abeilles de l'essaim sont mortes. On trouve alors de jeunes abeilles de 9 jours généralement peu agressives. De plus, la colonie est bien installée et ne risque plus de déserter.

   Vous avez réalisé les contrôles de l'infestation de varroas, du couvain et des cires ; la reine recueillie vous convient. Dans ces conditions, il est facile et nécessaire de marquer votre reine.

 

Conclusion

Récupérer un essaim d'abeilles nécessite de comprendre les origines de ce comportement chez l'abeille, de connaître des techniques de cueillette et de piégeage. Cependant, il ne faut pas oublier les opérations postérieures à la capture de l'essaim afin de ne pas mettre en péril l'ensemble de ses ruches.

   Maintenant, vous savez comment augmenter votre cheptel grâce à la capture d'essaim. Il est aussi possible d'augmenter son cheptel en élevant soit même des reines. De cette manière vous contrôlez mieux la génétique de vos abeilles, limitez les risques sanitaires, mais aussi, vous limitez la diversité dans vos ruchers.