Quel format de ruche choisir ?

Avant d’acheter ou de fabriquer des ruches, il faut bien s’informer et choisir un modèle qui s’adapte entre autres à l’environnement mais également au type d’apiculture que l’apiculteur veut pratiquer. Par exemple dans les régions aux hivers rigoureux, on préfère des ruches plus grandes afin que les ruches offrent aux colonies des réserves hivernales suffisantes. 

Qu’est-ce qu’une ruche ?

En règle générale une ruche se compose de la manière suivante :

Le plancher : C'est le fond de la ruche. On y laisse un espace suffisant pour le passage des abeilles.

Le corps de ruche : Il contient les cadres qui servent à l’élevage du couvain et au stockage des provisions hivernales. La dimension des cadres varie en fonction du modèle de ruche.

Hausse : C’est un étage supplémentaire ajouté par l’apiculteur, qui contient des cadres vides avec ou sans  cire gaufrée. Elle permet de ne pas mélanger le couvain et le miel récolté. La hausse permet également de déplacer les éléments séparément, la charge à porter sera donc moins lourde. 

Couvre cadre : Il est placé au dessus du corps ou de la hausse. Il est percé d’une ouverture au-dessus de laquelle on place le nourrisseur. Il n'est pas nécessaire si la ruche est équipée d’un nourrisseur couvre-cadre.

Toit : Il protège la ruche des intempéries. On y note aussi les informations concernant la colonie.

Une ruchette se présente comme une ruche mais il n’y a que 5 ou 6 cadres dans le corps. Il n’y a en général pas de hausse et le plateau est souvent fixé au corps, ce qui facilite le transport des petites colonies.

Les différents types de ruches

Ruches horizontales ou verticales

Dans les ruches à cadres mobiles nous trouvons les ruches horizontales et verticales. L’agrandissement du nid d’une ruche verticale se réalise en hauteur alors que pour une ruche horizontale il se réalise latéralement. Il faut savoir que les ruches horizontales ont presque toutes disparu. 

A cadre fixes ou mobiles

Les ruches à cadres mobiles ont été inventées au milieu du 19ème siècle. Dans une ruche à cadres mobiles, les abeilles vont construire les rayons dans un cadre de bois qui est garni par une feuille de cire gaufrée. Le cadre est posé directement dans la ruche, il est donc possible de le manipuler sans tout détruire. Pour la ruche fixe, les abeilles vont attacher leurs rayons aux parois, il est donc impossible d’enlever ou remettre les cadres sans tout démolir.

Ruches à hausse ou divisibles

Parmi les ruches verticales on distingue : 

La ruche divisible (ex : Langstroth, WBC) elle est composée d'un seul type d'élément. Tous les cadres sont identiques. On conduit cette ruche avec plusieurs corps identiques (éléments). Il est possible de construire des demi-corps pour les ruches divisibles ce qui permet une récolte de printemps plus facile les mauvaises années.

La ruche à hausse comprend un corps et une hausse bien distinct. On conduit ce type de ruche avec un corps et une ou plusieurs hausses.

Ruches en bâtisses froides ou chaudes

Dans les ruches à bâtisses chaudes, les cadres vont être placés de manière parallèle par rapport à l’entrée de la ruche. Le premier cadre protège le reste de la ruche du froid pouvant venir de l’entrée de la ruche, alors que dans les bâtisses froides les cadres sont placés de façon perpendiculaire. 

L’aération des ruches à bâtisses froides est meilleure mais les déperditions de chaleur lors de la période d’élevage y dépassent de 20% celles des bâtisses chaudes. 

 

Les différents modèles de ruches 

Les ruches à cadres les plus utilisées

La ruche Dadant :

Elle est composée de 10 ou 12 cadres de format 420mm x 270mm  soit 11.2dm² . Chaque cadre peut contenir jusqu'à environ 3.7kg de miel.

C’est le modèle le plus répandu en France. Elle porte le nom de son inventeur Charles Datant qui est d’ailleurs considéré comme l’un des fondateurs de l’apiculture moderne. Elle produit en moyenne 40kg de miel. Les ruches de 12 cadres sont plus adaptées aux grosses productions et aux professionnels par contre elle sont très lourdes, difficile à gérer en cas de grosse miellée et plus onéreuse (le format de cadre permettant de tout faire). La ruche de 10 cadres est la plus commune et maniable. Elle a cependant des inconvénients, comme le fait que les cadres de hausses soient différents des cadres de corps. Les ruches ne sont pas adaptées aux petites colonies. C’est également qui ruche imposante et lourde, elle pèse environ 25kg. Il n’y a pas de planche de vol pour les butineuses et le système d’aération n’est pas forcément adapté au bien-être des abeilles.

La ruche Langstroth : 

Elle est composée de 10 cadres de format 430mm x 210mm soit 8.7dm². Chaque cadre peut contenir jusqu'à environ 2.9 kg de miel.

C’est le révérend Lorenzo Lorraine Langstroth qui l’a imaginé. Elle est également appelée “standard”. C’est la ruche la plus utilisée aux Etats-Unis et elle est classée secondaire en Europe. La Langstroth se conduit en ruche divisible verticale à bâtisse froide. Le révérend a également inventé le principe du “bee space” c’est à dire que l’espace inter cadre  optimal est de 37mm. L’ensemble de cette ruche se compose d’une pile de hausse. Comme la Dandant elle est utilisée quand les miellées sont importantes et peut accueillir des grosses colonies. Ce modèle à l’avantage d’avoir une dimension de cadres identiques dans la hausse et le corps et une hausse et un corps que l’on peut interchanger mais également une planche de vol assez étendue. Par contre elle est encombrante et lourde (25kg environ), la hausse sera trop grande en cas de petite miellée  mais très lourde lors de bonne récolte (35kg environ) et l’hivernage des petites colonies est plutôt délicat dans les régions froides.

La ruche Voirnot : 

Elle est composée de 10 cadres de format 330mm x 155mm ou 330mm x 135mm soit 10.9dm². Chaque cadre peut contenir jusqu'à environ 3.5 kg de miel.

C’est l’Abbé Voirnot qui a mis au point cette ruche de forme cubique. De part ses dimensions 360mm x 360mm x 360mm elle a l’avantage de respecter la forme de grappe d’abeilles. C’est une ruche verticale à bâtisse froide avec hausses. Elle est très utilisée dans les régions froides aux hivers rigoureux. L’Abbé Voirnot a voulu réaliser une ruche qui respecte un maximum le bien-être et la pérennité de l’abeille. Elle convient bien aux ruchers se situants à plus de 500 mètres d’altitude. Sa forme cubique assure une bonne répartition de chaleur. Une petite planche de vol est disponible. Attention toutefois  c’est une ruche qui est onéreuse, la hausse et le corps ne sont pas interchangeables et les cadres de hausse sont différents des cadres de corps et enfin il faut savoir également que les cadres sont difficiles à enlever.

La ruche Layens :   

Elle est composée de 20 cadres de format  370mm x 310mm soit 11.5dm². Chaque cadre peut contenir jusqu'à environ 3.7 kg de miel.

C’est Georges De Layens, au 19ème siècle qui a mis au point cette ruche à l’origine horizontale. Il existe différentes variantes de ce modèle avec les horizontales (native et à grenier) et les verticales (pastorale ou divisible). Cette ruche repose sur le principe des ruches à cadres mobiles. Avec son cadre de 37cm les abeilles ont toujours toutes les provisions situées au-dessus de leur grappe. La forme haute de son cadre permet la concentration de la chaleur dans le haut du corps, il est donc idéal pour l’hivernage par contre il est lourd et encombrant donc difficile à extraire. Ce format de ruche horizontale est idéal pour l’élevage ou la production de gelée royale. Attention depuis la présence de Varroa, l’utilisation de cette ruche reste déconseillée car la récolte de miel se fait sans la hausse. 

La ruche Zander : 

Elle est composée de 9 cadres de format  426mm x 220mm soit 9.4dm². Chaque cadre peut contenir jusqu'à environ 3.0 kg de miel.

Cette ruche est née il y a quelques dizaines d’années en Allemagne. C’est une ruche divisible verticale à bâtisse froide. Le nombre de cadres peut aller de 6 à 12. Cette ruche à de nombreux points communs avec la ruche Langstroth. Elle existe en différents modèle qui ont tous des profondeurs et hauteurs identiques, ce qui permet l’utilisation des mêmes cadres. Elle est bien adaptée aux grosses miellées, elle dispose d’une belle planche de vol et les hausses et les cadres de corps ayants les mêmes dimensions ils sont commutables. Cependant cette ruche est mal adaptée aux petites colonies, les hausses sont très lourdes quand elles sont pleines de miel et trop grande pour les petites miellées.

Ruches traditionnelles sans cadres

Warré : A barrettes sans cadre - de forme carré 30x30cm 

C’est l’abbé Emile Warré qui en est l’inventeur. Passionné par l’apiculture, il a essayé plusieurs styles de ruche en étudiant le comportement des abeilles. Sa ruche est également appelée ruche “écologique” car elle offre aux abeilles des conditions de vie au plus proche de leur milieu naturel. On remarque que dans cette ruche il n’y a pas de hausse. Les éléments sont posés les uns sous les autres ainsi les abeilles bâtissent les rayons directement dessus. Chaque élément est composé de 8 rayons qui sont installés sur des barrettes amorcées de cire. Vous avez également la possibilité d’installer des vitres sur l’arrière des éléments afin de pouvoir regarder l’évolution de la colonie.

Ruche Kenyane ou TBH (Top Bar Hive) :

Cette ruche est directement inspirée des ruche traditionnelle Africaine. Elle est principalement utilisée aux Etats-Unis et en Afrique. Elle n’utilise ni cadre ni cire. Sa particularité est de s'étendre en longueur et non en hauteur. Les côtés de la ruche forment un angle de 120°, grâce à cette forme les abeilles n‘accrochent pas leurs rayons à la paroi. Il n’ y a ni corps ni hausses.

La ruche tronc :

 Cette ruche est creusée dans une portion de tronc d’arbre. Les abeilles se retrouvent donc au plus près de leur milieu naturel. Pour la concevoir on utilise un tronc de châtaignier (imputrescible et riche en tanins) que l’on va évider et placer une pierre plate pour le toit. Pour finir des petits trous (3 ou 4) seront réalisées en bas du tronc afin de servir d’entrée et de sortie pour la colonie.

La ruche Paille : 

Aussi appelée ruche médiévale cette ruche est faite en paille de seigle. Cette ruche était présente dans les campagnes jusqu’au début du 20ème siècle. Elle a ensuite été remplacée par des ruches plus modernes qui offraient un rendement en miel plus important. Grâce à la thermorégulation de son matériau elle offre un habitat de grande qualité aux abeilles. La paille est calibrée afin d’obtenir un boudin régulier et circulaire, enroulé sur lui-même on le montera sur plusieurs rangs.  

Il existe également des ruches en bois, en plastique ou en polystyrène, avec elles aussi leurs avantages et inconvénients mais nous y reviendrons dans un prochain article.

Conclusion :

Que vous soyez amateur ou professionnel vos attentes ne seront pas les mêmes, mais une chose est sûre, vous devez choisir un modèle de ruche solide, légère, facile à manipuler et à entretenir. Pour un amateur la ruche Warré ou voirnot conviendra très bien. Pour une production beaucoup plus importante de miel l’apiculteur privilégiera plutôt un modèle Dadant ou Langstroth. La ruche doit offrir un habitat confortable pour votre colonie. Elle doit être étanche et suffisamment aérée et isolée. Sachez qu’une ruche qui sera bien utilisée et construite avec de bons matériaux pourra durer environ 20 ans. Soyez donc vigilent sur la qualité du bois et des assemblages. Pensez à protéger votre ruche avec un produit de protection bois si nécessaire, et veillez à ne pas utiliser un produit contenant un insecticide.

“Le grand symbole de l’architecture, Babel, est une ruche”

Victor Hugo

Il y a 4 produits.

Affichage 1-4 de 4 article(s)